vendredi, mars 11, 2011

TénardierLand

J'ai l'air, comme ça, vue de l'exterieur, d'être une mère cool limite négligente qui laisse pousser ses enfants tous seuls... Mais il y a quand même chez nous quelques règles sur lesquelles nous sommes INTRANSIGEANTS le Doux et moi. Limite psychorigides. Une de nos fixettes concerne le comportement à table. Déjà, les repas se prennent en famille, et non pas chacun à sa guise à son heure.Nous lâchons prise sur certains détails vainement energivores concernant entre autre le look ; l'ado cherche son identité, marque son appartenance à une tribu -pas familiale !-  c'est bien connu. J'estime qu'avec aujourd'hui 4 mâles ados à domicile (oui, 4, pas 1, pas 2, pas 3... 4 d'un coup... ça fait très lourd moi je vous le dis) les lubies vestimentaires leur passeront comme elles sont venues, comme elles ont passé furtivement mais intensément sur moi au même âge. Un impératif : tu t'habilles comme tu veux pour aller voir tes potes mais quand tu sors avec moi tu mets un jean correct, propre de préférence et UNE CEINTURE MERCI. Tes cheveux tu en fais ce que tu  veux, longs, courts, des  dreads ou pas, POURVU QU'ILS SOIENT PROPRES. Lâcher du lest également sur la propreté ou la décoration de leur grotte individuelle.

Je parlais du comportement à table. Je ne remercierai jamais assez mes parents pour l'éducation qu'ils m'ont donnée dans ce domaine, éducation que j'ai pu appliquer (sans honte aucune)  et développer dans une famille de marquis lorsque j'étais au pair en Italie mais surtout dans mon EX belle-famille de comtes qui ont sournoisement traqué le faux pas (pas de bol, je sais jusqu'à peler et manger une oranger ou une pêche au couteau et à la fourchette, idem pour la crevette facétieuse). Je tiens donc à ce que les enfants aient une tenue à table qui soit  plus que correcte (et ça demande une énergie, mes aïeux... 100 fois sur le métier de parent tu remets ton ouvrage...)
Entre autres exigences (on ne vient pas à table dépoitraillé, on met ses deux mains sur la table, on ne sort pas son portable à table on le laisse carrément dans sa chambre, on vient également sans ses écouteurs...) nous tenons à ce qu'ils mangent de tout, ou à défaut, goûtent de tout ce qu'on leur sert. Au mieux, qu'ils finissent leur assiette.
Et pas la peine de manger à vitesse supersonique pour retourner vaquer à ses occupations, on attend que le dernier ait fini son assiette pour passer au dessert ou sortir de table. Quand tu seras tout seul chez toi tu pourras même manger devant la télé avec les doigts à même la barquette si tu veux mais en attendant...

Donc, on goûte de tout. Et on ne dit jamais "C'EST PAS BON", y en a qui se sont pris des baffes pour moins que ça. On dit éventuellement "je n'aime pas". Mieux, on ne dit rien.  Bien sûr, l'ado en famille se lâche sur les convenances et les platrées de soupe sont accueillies avec la liesse générale que je vous laisse deviner... Idem pour certains légumes qui ne font pas l'unanimité. Mais voyez-vous, la cuisinière s'en tape royalement, la cuisinière c'est elle qui décide, c'est elle qui fait les courses, c'est elle qui fait les menus et c'est elle qui se met aux fourneaux. Donc, elle cuisine ce qu'elle veut. Si certains ne sont pas contents,  ils peuvent quand ils le souhaitent et sans préavis préparer le repas familial. la critique est aisée mais l'art est difficile, n'est-ce pas.

Je fus prise il  y a quelques jours, d'une frénétique envie de potée. Une bonne potée, avec des bons saucissons  à cuire du fermier près de chez mes parents, fermier qui élève ses propres gruicks qui gambadent dans sa forêt. Le cochon a été tué il  y a peu et mon congel s'est rempli. Des bonnes carottes toutes biscornues et pleines de terre, pas les carottes oranges fluo toutes droites comme des surligneurs, du bon poireau idem, en provenance de mes paniers du vendredi, des patates du même endroit, pleines de vraie terre elles aussi.

Les grands ont grimacé pour la forme, la mayo maison a fait passer le tout et certains se sont même resservis. Pendant ce temps... Le Zébulon pleurait à chaudes larmes sur son assiette. Et chacun sait que si on n'aime pas les poireaux ni le chou, froid c'est encore meilleur, n'est-ce pas, tu as raison de prendre ton temps mon gars. Je veux bien qu'on n'aime pas certains légumes, qu'on ne les aime pas au point de ne pouvoir en faire un repas complet mais à 13 ans, ce n'est pas comme s'il n'en avait jamais mangé... C'était juste là, cette fois, chou+poireaux ça faisait beaucoup d'un coup. Pas même voulu goûter. Ou alors en faisant mine de vomir... (là c'est une attitude que j'adore... 13 ans, hein, pas 3...) Il est resté à pleurer sur son assiette. Bonne fille (on n'est pas bourreaux quand même) je lui ai rappelé que s'il n'avait plus faim, il n'avait pas faim pour le dessert non plus... et qu'au goûter, s'il avait vraiment faim, son assiette l'attendrait... Idem pour le dîner. OK, il a dit, pensant que sa vieille mère avait la mémoire courte et pouvoir échapper ainsi à la potée de 16h.

C'était sans compter sur la filouterie dudit Zébulon, dont ,coup de chance ,c'était également le tour de débarrasser la table (oui parce que non contents de les forcer à manger de tout, nous les utilisons comme esclaves et les faisons débarrasser table, le lave-vaisselle et mettre le couvert à tour de rôle.) Voilà donc le Zébulon qui balance tout le contenu de son assiette à la poubelle (même pas dans celle qui va au compost !) et que je te planque tout ça sous montagne d'essuie-tout. Trop discret ! Là, mon sang n'a fait qu'un tour...

Non seulement il a eu droit à l'interminable leçon de morale, mais je lui en ai également servi une nouvelle assiette au dîner. J'ai été sympa, il a eu droit au reste de la mayo, quand même. Il a pleuré, je lui ai laissé tout le temps dont il avait besoin (soit 45 mn) et il a terminé son assiette. Et il est venu s'excuser d'avoir jeté sournoisement sa nourriture à la poubelle. Jamais auparavant il n'avait eu cette attitude aussi extrême, et moi non plus.

Goûter de tout, à défaut d'aimer tout, est quelque chose auquel je tiens ce qui concerne mes enfants (quand je dis "mes" j'inclus mon beau-fils, je parle des enfants qui vivent chez nous.) J'ai "récupéré" il  y a presque 10 ans un beau-fils fâché avec les légumes ET les fruits. Des repas pâtes-patates-purée-riz et un menu pour chacun des 7 membres de la famille, ça n'est pas possible. Des efforts d'imagination pour planquer le navet, le poireau ou la carotte, moi je vous le dis ! Aujourd'hui il mange de tout, apprécie même avec une joie certaine les épinards-béchamel ou les tartes aux légumes (un excellent moyen de planquer plein de trucs, la tarte ou le curry de légumes et lait de coco ou les légumes au cumin ou au ras-el-hanout accompagnés de boulgour !)

J'ai consolé le Zébulon aujourd'hui en préparant son plat favori : chili con carne.

Ce soir... Soupe. Avec le reste ds légumes de la potée !

Qui a dit "éduquer sans contraindre" ?!

Libellés :

27 Comments:

Blogger Lapunaise said...

Oh que je voudrais avoir ton courage ! Sauf que chez nous, c'est Cherettendre qui n'est pas légumes du tout... Donc deux gamelles, et sa fille prend le même chemin, et moi j'abdique, j'ai besoin de mon énergie pour mettre ailleurs que dans les batailles autour d'une assiette. Mais quand même, j'aimerais avoir ton courage !

11/3/11 18:13  
Blogger Anne said...

Ouf! Nous ne sommes donc pas les seuls à avoir des exigences à table!! Les mêmes!!! Les repas sont les seuls moments où nous sommes tous réunis, où nous pouvons échanger... On goûte à tout et on s'abstient de critiquer la/le cuisinier!!! Non mais! Chez nous aussi chacun a sa part dans les corvées (là ça coince parfois et il faut se fâcher...)...

11/3/11 18:15  
Blogger Lapunaise said...

Je rajoute qu'ici aussi, c'est tout le monde à table, en même temps, qu'on attend que le dernier ait fini, qu'on s'y tient correctement et les miens (tous les 3) savent utiliser un couteau et une fourchette pour éplucher un fruit ou une crevette. Qu'ils attendent que la maitresse de maison est commencé pour manger (et ce même s'ils ne sont pas chez eux ce qui a fait plus d'une fois ouvrir de grands yeux aux potes !). Par contre, oui, on goûte mais franchement c'est pas la grande éclate.

Idem, chacun participe au dîner (voir même parfois les enfants le font de A à Z, équilibré et tout ça !) et pas un n'échappe au couvert à mettre,débarrasser, lave-vaisselle, voir même vaisselle à faire !

11/3/11 18:33  
Blogger FD said...

* Lapunaise, tu as bien de la chance qu'il leur arrive de préparer le repas, et équilibré en plus ! Nous savons qu'ils savent le faire, à cause de la semaine "parents en grève" mais c'est très rare qu'ils le fassent spontanément pour tout le monde ! Quant aux légumes pour tous, je suis aidée par un Doux qui est également très légumes, je n'aurais pas pu me battre seule contre lui et les autres.

* Anne, les tâches domestiques ça n'est pas sans le rappeler chez nous non plus, rassure-toi ! Ténardier vous aussi ?!

11/3/11 19:01  
Blogger Kaki said...

QUATRE!!! Nan mais puree QUATRE quoi...!!!!
Attends comment tu fais????? Un, un tout petit de 13 ans qui m'use les nerfs "grave" et toi tu geres QUATRE!!!!!
POur la bouffe c'est a table, propre (sinon c'est une pichenette direct), il met et debarasse la table, je fais la bouffe et John la vaisselle...
Nan mais QUATRE quoi....

11/3/11 21:20  
Blogger célestine said...

En lisant ton billet (un régal, sans jeu de mots) je ne peux m'empêcher (pourtant c'est les vacances) de me mettre dans ma peau de directrice d'école. Et je me dis que si tous les parents d'élèves avaient cette constance, cette patience, cette énergie, cette conviction, cette rigueur, cet enthousiasme éducatif, il serait beaucoup moins difficile de faire accepter à leur progéniture les règles de l'école.
Oui, éduquer est difficile, parfois même un combat. Mais chaque victoire est un sourire merveilleux à la vie. Bravo FD.

11/3/11 22:01  
Blogger bricol-girl said...

J'ai cru un moment que FU avait un blog!

12/3/11 07:14  
Blogger FD said...

* Kaki, ayé, tu as compris mon malheur ?! parce que 4 ça n'est pas 1+1+1+1, on est d'accord... c'est exponentiel, ça se motive les uns les autres !

* Celestine, arf, mais je ne sais pas si leur éducation facilite leur instruction à l'école mais au moins, je n'attends pas de l'école qu'elle éduque mes enfants, ça c'est mon rôle de parent. Chacun son job... même si moi aussi, je fais d l'éducation de base au vivre ensemble avec des collégiens :-(

* Bricol girl, tu peux dire à FU qu'elle n'est pas seule et je me reconnais bcp aussi dans ce que tu racontes d'elle !

12/3/11 10:01  
Anonymous ciboulette100 said...

... Lu et approuvé. Lapunaise pourra te confirmer : Cibou Jr a 24 ans, mais demande toujours "la permission de se retirer..."

quant à la cuisinière, j'ai une maxime faite pour toi : "c'est celui qui paie les violons qui choisit la musique ! ":)

12/3/11 17:08  
Anonymous Myosotis said...

T'es dure quand même :-). Je n'ai pas pu m'empêcher de me ramener 40 ans en arrière, quand TOUS les jeudi, on recevait du foie de veau à l'école; et j'amenais la bête à la poubelle sous une montagne de serviettes. Mais la soeur supérieure faisait le planton devant la poubelle et n'était pas dupe. L'horreur .....

12/3/11 21:53  
Anonymous Babs' girl said...

Ah mais ton post me fait du bien , je suis pas la seule mère dragonnette à exiger des choses qui pour certains paraissent d'un autre temps. Même belle maman avec ses manières de grande famille, a osé me dire que c'était ridicule de demander aux enfants d'attendre que tout le monde soit servi pour commencer, devant les enfants, juste histoire de semer la zizanie. C'est tellement bon ces moments d'échange à table, on oublit les petites prises de tête sur les devoirs, les 10 fois "va à la douche", un petit moment de calme pour toute la famille. Même si pour ma dernière poule au pot, j'ai eu la grimace, hop hop le lendemain, elle est passée ni vue ni connue à la moulinette et mes fistons ont déclaré qu'ils n'avaient jamais mangé une soupe aussi bonne. On arrive toujours à des petites victoires culinaires.

12/3/11 22:40  
Anonymous Babs'girl said...

oh horreur ce T à on oublie ...

12/3/11 22:42  
Anonymous Françoise (salpi) said...

ha lala.... Comme je suis admirative, devant vous, mesdames...
Moi, à l'époque où mes fillottes étaient à la maison, j'étais comme ça aussi. Enfin, peut être pas tant, mais l'idée y était.

Mais ton recit, là est absolument passionnant, et la prise de tête, avec zebulon, au sujet de ce qu'il a jeté à la poubelle, a dû être assez éprouvante. Je connais ça, pour l'avoir vécu, bien sûr. Mais comme tu dis "cent fois sur le métier, remettez votre ouvrage"...

Félicitations, vraiment. Je suis épatée, chaque jour, par toi, ma poulette ! (c'est pas trop "françois", ce que je dis là, il me semble).

13/3/11 09:51  
Anonymous Anonyme said...

Euh, moi je dis rien. J'ai bloqué chaque Dimanche sur les endives de saison, devant une mère intraitable et un beau-père qui jubilait. Pas bon souvenir. Je pleurais moi aussi à chaudes larmes au-dessus de mon assiette froide...
:(
Manderley

13/3/11 13:07  
Anonymous co de contes said...

ici aussi des règles strictes.;on mange tous ensemble,on ne mange pas dans les chambres,on ne se sert pas en dehors des heures de repas,on ne prend pas dans le frigo sans demander..etc,etc.;et 4 garçons aussi!pas toujours fans de légumes..mais on goute,on a le droit de ne pas aimer..mais dans ces cas là...tant pis,on mange du fromage et un fruit...point barre!
ils savent cuisiner,de plus en plus équilibrer...
et prennent parfois(rarement tout de même ) des initiatives.;style tarte aux pomme pour ce soir;-)
mais je suis sure d'être dans le vrai!

13/3/11 20:29  
Anonymous co de contes said...

je rajoute qu'on débarrasse chacun son assiette..qu'on trie ses déchets...et qu'on attend que la maitresse de maison ait servi tout le monde avant de manger!
oui je sers tout le monde...équité et savoir vivre!
par contre je ne suis pas sure qu'ils sachent éplucher une crevette au couteau et fourchette moi si!

13/3/11 20:31  
Blogger C'est pas facile ! said...

Je n'ai toujours pas réussi à éviter les "beurk, c'est quoi ? Ca a pas l'air bon" des ado et pré-ado qui se penchent au dessus des plats qui mijotent...

13/3/11 20:39  
Anonymous KaMaïa said...

Ah FD, je t'adore ! Ta détermination et ton courage me font béer d'admiration et me motivent.

(quand même, je compatis pour Zébulon que je trouve très attachant, même dans sa tentative de sournoiserie :) )

Moi, j'ai martyrisé mes CFs vendredi soir avec une poelée de cabillaud et saumon + légumes + quinoa + légumineuses.
Et ils détestent tous les trois le quinoa. Mais que veux-tu, c'est la cuisinière qui décide, hein !

En même temps, je n'arrive pas à les obliger à finir leur assiette, on m'a trop seriné de finir la mienne... et aujourd'hui, c'est bien chevillé au corps, y compris quand je n'ai plus faim et que je violente mon organisme sans même m'en rendre compte en m'obligeant à terminer mon assiette.
Donc bon, je n'oblige pas à terminer si on n'a plus faim, je les laisse s'écouter. Evidemment, pas faim pour le quinoa = pas faim pour le dessert, nanmého !

14/3/11 00:41  
Anonymous Aubep said...

J'ai vraiment sourit en lisant ce billet ! Je me suis retrouvée aussi bien dans le rôle de la mère que celui de la fille.
Pas-6-ans est le roi de la négociation à table "Et si j'en mange la moitié ?" ou "Si je finis tout je peux avoir deux yaourts ?" alors que pas-8-ans a déjà connu le repas resservit au gouter et au repas du soir. ça parait barbare mais ça marque les esprits suffisamment pour que ça ne soit arrivé que deux fois !
Les deux mains sur la table sans les coudes, doux souvenir d'enfance quand mon père nous piquait à la fourchette le coude qui s'invitait sans en avoir l'autorisation. Je n'utilise pas la même méthode mais m'obstine à rabacher les mêmes phrases "Enlève tes coudes" "les deux mains sur la table" "Ferme la bouche quand tu manges" "Pardon ? J'ai pas bien compris ? Aaaah tu as dit s'il te plait, ah bah là, oui, tout de suite je comprend mieux !"
Bref les joies de l'éducation !

14/3/11 16:46  
Anonymous Mamanlit said...

Mon dieu je retrouve à la fois mes repas d'enfant et mes repas de maman.
plusieurs choses :
- ayant subi le repas du dimanche tout l'aprèm assise devant mon assiete froide, je me suis dit que maman, je n'obligerai pas mes enfants à manger les choses qu'ils n'aiment pas (mais obligation de goûter). après s'ils n'aiment pas, ils n'aiment pas (moi tu vois, j'aime pas les champignons, ni le riz au lait !). je suis une traumatisée des repas servis douze fois.
- la politesse élémentaire et la tenue à table, TOUJOURS. hors de question d'avoir des coudes, une seule fesse sur la chaise et autres trucs du genre.
et on remercie toujours le cuisinier d'avoir préparer le repas (oui, ici c'est pas moi qui fait à manger, c'est l'Homme...du coup je m'abstiens de faire quelques commentaires que ce soit :-) ).

ton billet m'a bien plu en tout cas !

15/3/11 13:05  
Anonymous Jéolianne said...

Si j'en avais eu besoin à te lire j'aurais été rassurée quant aux principes à table imposés à mes enfants!! Bon ils ne savent pas éplucher de crevettes mais ils se tiennent correctement et pourront aller partout sans se sentir déplacés. Pas de téléphone, de chapeau à table. On descend dès que j'appelle sinon l'assiette est retirée (ho dommage tu devras attendre le tour prochain..), pas de télé. Lors des repas à l'extérieur, j'adore voir la tête des hôtes lorsque mon petit de 5 ans demande s'il peut sortir de table! Je ne suis pas Nadine de Rotschild mais de la tenue en toute circonstance est un minimum! Je passe pour une harpie avec certains de mes neveux qui ne se lavent pas les mains après le passage aux toilettes et qui répondent au téléphone à table mais m'en fous!!

15/3/11 14:16  
Blogger Le Père Qui Recompose said...

Ceci a été une des raisons de l'échec de notre famille recomposée. Je suis psychorigide...!!

16/3/11 12:13  
Blogger Delphine said...

Tu épluches des orangers avec couteau et fourchette?
Blague à part, je te rejoins en tout, si ce n'est que je mets des petites portions quand on n'aime pas...
Bon courage avec tes quatre, tu en riras après! bises

16/3/11 16:19  
Anonymous Colinette said...

Je suis entièrement d'accord avec toi ! Bon, d'accord, je n'ai pas d'enfants mais mes parents ont posé les mêmes règles comportementales à table et si à l'époque cela m'agaçait, quand je vois mon frangin de 14 balais aujourd'hui quand je vais chez eux, je me dis que c'est pas mal. Je regrette simplement le fait qu'ils ne m'aient pas forcé à manger de tout parce qu'aujourd'hui je suis assez difficile et j'ai du mal à me forcer à manger certaines choses....
Bon courage pour la suite !

18/3/11 15:11  
Blogger les ptits bonheurs said...

J'adore ce texte. Vraiment génial. Moi je n'ai qu'une ado et je trouve ça déjà très fatigant. D'autant que je ne sais vraiment pas cuisiner alors c'est très souvent pâte, patates (de différentes façons tout de même!!!), steak, légumes en conserve style flageolets, haricots verts ou jaunes ou petits pois. Alors dès que je sors de ces grands classiques, mon ado râle et ne mange quasiment rien. Moi aussi j'impose qu'elle goute de tout mais ça ne me fait vraiment pas plaisir, je râle aussi de m'êter donnée du mal pour rien. Alors je capitule et je reviens aux grands classiques. Je préfère manger avec le sourire plutôt qu'à guetter son assiete et à lui rappeler 100 fois : 'Mange, finis ton assiette..." J'ai choisi la solution de facilité. Et ma foi, je trouve qu'on ne mange pas si mal que ça.
Mais tout de même, bravo à toi, je voudrais bien être à ta table. Rien que ton atmosphère famille me rend envieuse. Ce doit être beau.

24/3/11 18:44  
Blogger manderley said...

Sérénité tu dis ?... faudra que tu m'expliques... la sérénité :)
J'ai bien reçu le cadeau. J'ai cru qu'il s'agissait d'une pub au départ... oupssss...
Un grand merci à toi et ta bande de comploteurs !
T'es kro gentille toi !
Bisous,
Manderley

24/3/11 23:56  
Anonymous Cocotine said...

Oh, quel bon moment je passe quand je m'arrête chez toi ! Il y a deux jours, la Miss m'a sournoisement collé la moitié d'une tartine dans sa corbeille à papiers mais comme elle n'a que 7 ans et manque d'expérience, elle ne l'a pas planquée. Quand je l'ai trouvée... Du pain fait maison avec amour et farines bio. Si c'est pas un monde !

25/4/11 22:54  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home