vendredi, juillet 06, 2007

Lapin au pays des Doudoux

Tenaillée depuis quelques jours par quelques vélléités artistiques soudaines (et légèrement exacerbées par l'achat de cette merveille),



je profitais hier de ma première journée de congés pour rentabiliser illico tant d'energie créatrice (vite vite avant qu'elle ne disparaisse !) . J'embarquai donc Lapin, harnachée dans son siège, et nous sortîmes de notre ruralité pour nous rendre au magasin de tissu le plus proche, soit à 25 km.

J'adore les magasins de tissu, les couleurs, les textures, les crissements et autres froissements... Lapin me tenait sagement par la main, fascinée elle aussi par les rouleaux colorés, les coupons soldés, les voilages légers, les fausses fourrures, les plumes et les velours dévorés.

Mais il faut d'abord que je vous parle du doudou de Lapin... Très tôt, elle a jeté son dévolu sur les étiquettes en satin des vêtements. Par commodité, nous avons bien vite détourné sa passion vers des rubans de satin, plus faciles à se procurer. De toutes les couleurs, de toutes les dimensions. Dans toutes les pièces et dans toutes nos poches. Un doudou ne doit jamais être trop loin d'elle. J'adore le petit geste lest qu'elle a pour enrouler le ruban autour de son pouce droit avant de s'en caresser la lèvre supérieure, les yeux dans le vague.

Donc hier, nous nous promenions, ravies, entre les travées de tissu mais je ne trouvais pas mon bonheur. Ou plutôt, comme chaque fois, je n'arrivais pas à me décider. Une robette à pois ? Quelle couleur ? Du vichy amande et blanc ? je cherchais un autre tissu, un liberty dans les mêmes couleurs à associer. En vain. Nos pas nous ont portées vers le rayon des... rubans de satin ! Le Paradis des Lapins. Quatre mètres linéaires, des rouleaux sur 5 niveaux, du sol jusqu'à 1 m ... soit, à la louche, une grosse centaine de rubans différents à portée de petites mimines. Rangés par coloris, camaïeux, fascinants arc-en-ciel. Des larges, des fins, des moyens, des moins étroits... J'ai vu ses yeux s'allumer d'un coup, sa main à glissé hors de la mienne et sans dire un mot elle est allée se recueillir devant ses étoiles.
Pendant dix bonnes minutes elle les a essayé, elle enroulait d'un coup de pouce expert, testait sur sa lèvre, reposait, passait à un autre, faisait parfois une moue accompagnée d'un "babon" sans appel avant de lâcher l'intrus. Je l'ai laissée faire un temps, jusqu'à ce que je commence à sentir les regards trop insistants des autres clientes et des vendeuses. J'ai alors doucement saisi sa main, y ai glissé mon pouce et j'ai de mes doigts enveloppé les siens avant de la diriger, encore hypnotisée, vers la sortie.
Elle s'est docilement laissé faire jusqu'à ce que nous passiions le seuil. Là, la lumière du soleil et la brise de Juillet l'ont sortie de sa transe. Ses pieds se sont plombés, littéralement collés au sol, ses yeux bruns se sont assombris d'un noir d'apocalypse, et elle a ouvert grand la bouche... Je suis toujours stupéfaite par le volume sonore qui peut s'échapper d'un si petit corps.

Naaaaaaaaaannnn !!Doudououououououou !

C'était un cri de détresse, stridant comme elle sait si bien faire. Et mes vieux tympans en ont vibré de surprise, des clochettes se sont mises à tintinabuler dans ma tête et j'avoue que je n'ai que très peu de résistance à de telles sonorités. Après tout, je n'allais pas risquer les acouphènes pour un simple bout de ruban. En deux secondes nous étions de retour devant le rayon, "vas-y lapin, lequel tu veux ?" Elle savait déjà, elle les avait déjà essayé. Son choix s'est porté sans hésiter sur un ruban de la bonne largeur, soit la longueur de son petit pouce et de couleur... rose Barbara Cartland !
Une queue à la caisse longue de 8 personnes pour 50 centimes de ruban...

Depuis hier, elle est aux anges... elle a trouvé son paradis !

Libellés :

19 Comments:

Blogger bricol-girl said...

elle a trouvé son paradis et moi j'ai perdu la machine à coudre, foutue, archi foutue et le livre des intemporels des bébés toujours ouvert à la même page. maminette aura 15 ans
quand j'aurais trouvé une autre machine!!!

6/7/07 16:27  
Anonymous La Troll Family said...

C'est marrant je me pose la même question : Comment autant de décibels peuvent ils sortirent d'un si petit bout ?

Sinon Mardi soir ça ta va ???

6/7/07 18:27  
Anonymous Bii said...

Rhooo comment c'est trop bôôô comme tu racontes, je l'ai vécu à 100% !!!
Mon petit c'est pareil, mais pas avec les Nétikets ou autre, il têtait les zoreilles de sa poupou (mais un tétage particulier, y'avait juste la lèvre inférieure qui bougeait... c'était .... plus qu'adorable et ça me prenait au coeur) et comme tu le dis si bien : les yeux dans le vague ! Sont vraiment krô mignons quand ils sont comme ça !!!
Contente qu'elle ait trouvé son bonheur ta lapinoute ! D'autant que ça fait aussi le bonheur de sa môman !!
Biiz à elle pis à toi aussi !!

7/7/07 15:09  
Anonymous Bii said...

Kéé j'devrai êt' en ouakances et pu parler ??? Kiadi ???
Je profite de l'ordi de Bôfrère jusqu'à demain (dimanche) !
Nooo chuis pas accro !!!

mais vous me manquez déjà tant !!!


Biiz Biiz et Biiz

7/7/07 15:11  
Anonymous tarzile said...

Barbara Cartland, y a que toi pour nous parler d'elle. Je sais, parfois, on fait des folies pour nos petits choux. Mais avouons-le, un étalage de rubans, je craque aussi!

8/7/07 19:47  
Anonymous Marc said...

la queue à la caisse pour un petit bout de ruban, peut-être, mais ça valait la peine pour qu'elle trouve son paradis!!

9/7/07 09:13  
Blogger tanette said...

Pas trop difficile à contenter : le paradis pour 50 centimes. Il en faut bien plus à certains pour leur faire voir .. la vie en rose.

9/7/07 12:51  
Anonymous Soeur Anne said...

Au moins, ce sera moins difficile que de recoudre un habit au doudou qui n'en a plus !!

Tu voulais l'enlever de son Paradis, sans qu'elle puisse enmener une étoile, vraiment ...

Et finalement, que vas tu lui coudre ?

9/7/07 14:01  
Anonymous khey said...

et bien tu vois, je la vois ta fille, je l'imagine devant tout ces rubans, je sens la convoitise dans sa main lorsqu'elle s'approche du rubant tant désiré. Je connais le frisson qui la parcourt, le frisson qui monte jusqu'au bout des doigts ... j'ai la même relation avec la laine ...

9/7/07 14:20  
Blogger FD said...

* BricolGirl, j'espère que le Père Noel t'a entendu, ce serait dommage de brimer une telle volonté :-)

* La Troll, n'estc-e pas ?! et ça monte dans les aïgus, c'est ça le pire !

* Bii, ben, on n'est pas partie ?

* Tarzile, je me sais capable de faire 10 km et 1/2 tour pour récupérer le doudou oublié chez la nourrice ! maintenant je peux rajouter 25 km en cas de perte de tous les doudoux ! et à l'âge l'adolescence elle nous reprochera de ne jamais rien faire pour elle ;-)

* Marc, bonjour et bienvenu ici. Elle a des joies simples, la Lapinotte et je l'en remercie !

* Tanette, la vie en rose et tout en douceur, à ce prix là c'est cadeau !

* Soeur Anne, elle en a encore des "tout bons" à la maison qu'il ne m'était pas venu à l'idée d'en acheter un supplémentaire, just for fun... honte à moi ! C'est vrai que c'est super pratique comme doudou, plus discret que la couverture- polaire-doudou que Zébulon se trimballait en maternelle (comme Linus dans Snoopy) Quant à rafistoler les vêtements de doudou, bon courage, un vrai sacerdose maternel !

* Khey, je suis à peu près sûre qu'elle collectionnera les rubans, à moins qu'elle ne soit carrément mercière plus tard ! Toi c'est les laines, toutes les laines ? les cardées les brutes les qui grattent les douces les à poils les fushia les vertes les blanches de neige... je comprends...

9/7/07 14:47  
Blogger FD said...

PS à SoeurAnne, trouvé de superbes modèles dans le livre et sur son site http://louiseetvalentin.over-blog.com/ mais chaque fois c'est indiqué Niveau Confirmée et ça m'effraie un peu. Mais dès que j'ai trouvé LE tissu je m'y mets. Si si !

9/7/07 14:49  
Blogger *Isadora* said...

Oh le joli morceau de douceur :)

9/7/07 15:17  
Anonymous tarzile said...

Je suis revenue lire, c'est trop bon.

10/7/07 03:37  
Anonymous zaboo said...

Je souris, car ma fille scotche encore devant les rubans en satin.
Elle en achète, fabrique des noeuds qu'elle coud de ci de là, sur ses vêtements et les dessous, et nous y passons pas mal de temps.
Les couleurs ne sont pas les mêmes, et elle ne suce plus son doigt, mais tu n'as peut être pas fini.... ^_^

gros bisous et bonnes vacances.

10/7/07 10:24  
Anonymous Soeur Anne said...

Je te crois !!

Tu vas y arriver...

10/7/07 12:38  
Anonymous KaMaïa said...

C'était Lapin au paradis des doudoux en fait hihihi !! C'est vrai que le plaisir suprême de faire glisser le ruban de satin entre les phalanges... tu veux que je t'avoues quelque chose ? Non seulement je faisais pareil quand j'étais toute petite, mais cela m'arrive encore de temps en temps :o)

10/7/07 21:03  
Anonymous zaboo said...

Ps : j'oubliais, je me régale toujours en lisant l'intitulé de tes libellés.

11/7/07 11:14  
Anonymous Le baudet said...

Tu as déjà de l'énergie créatrice après si peu de repos ? bravo. Pour ma part, la création est au stade embryonnaire tant la fatigue accumulée obstrue les synapses de mon cerveau.
Je vois que ton lapin a de qui tenir pour le bon goût ;-).

12/7/07 08:13  
Blogger Jane said...

C'est trop chou !!!! Et ça me rappelle de bons souvenirs, tout doux !

26/3/10 22:29  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home