lundi, novembre 06, 2006

Dimanche matin, l’empereur, sa femme et le p’tit prince…


Entrez, entrez, ne restez pas dehors il fait un froid de gueux. C’est gentil d’être passé pour le petit déjeuner du dimanche matin, vous qui aimez les grandes tablées, les ambiances familiales chaleureuses et les repas bouillants de vie.

Un par un, ou par deux, ils arrivent. La horde des Remuants. Toujours d’excellente humeur au lever, que ça vous donne tout de suite envie de faire plein d’autres enfants.
- Bonjour mon chéri.
- Grmpff…
- Tu as bien dormi ?
- Grmmpff…

Principe numéro 1 : on ne parle pas à un ado avant midi. Pas la peine. Il n’est pas encore branché. Sauf…

- Y a kça comme céréales ?!
- Ben, tu as le choix entre 3 variétés, ça te va pas ?!!
- Pourquoi t’achète JAMAIS des VRAIES céréales de marque, chez papa il en a toujours des Vraies elles sont meilleures.
- (surtout, résister très fort à la tentation légitime de la remarque acerbe…) Ben justement, si tu en as chez lui 2 fois par mois, y a pas besoin d’en avoir ici aussi (cassééééé !)
- Hin hin hin… (Principe numéro 2 : l’ado n’a pas le sens de l’humour. Si toutefois vous pensiez lui en avoir fourni un à la naissance, soyez sûr qu’il l’aura perdu en cours de route. En tous cas ce qui est sûr, il n’aime pas le vôtre.)

Et là, la horde au presque complet, les pyjamas trop petits, les cheveux en bataille, les sans pantoufles, les sans haut de pyjama, les avec peignoir, les pas réveillés, les trop réveillés… tous ont en commun d’appartenir à la version humaine du criquet pèlerin. Les boites de céréales volettent par-dessus la table (« P*** t’es trop c*** toi, t’as tout fini ! » « t’avais qu’à te servir avant ! et pis c’est pas vrai il reste des miettes, héhéhé » ; s’ensuivent parfois quelques coups vengeurs…) Le lait chaud circule (« haaaan, y m’en reste plus, t’étais obligé de remplir ton bol sans penser aux autres ?! »), la plaquette de beurre subit un assaut dont elle ne se remettra pas, trouée, cabossée, ravinée ; la confiture coule à flot (Oups, mon pot de confiture de pêches de vignes acheté plus de 4 euros chez les producteur au marché de produits du terroir, un quart du pot qui se répand sur une tartine comme la lave du piton de la Fournaise sur le bord Est du Dolomieu)

- euh, Aîné, tu es obligé de verser la confiture comme ça, tu peux pas prendre une cuillère, regarde tout ce que tu mets !!
- ben quoi, elle est bonne.
Belle sculpture, bel équilibre des formes, jaune et rose, un centimètre de pain surmonté de deux centimètres de confiture. De la belle ouvrage, assurément.
Un Lapin qui trottine de l’un à l’autre, quémandant et grappillant au passage céréales et morceaux de pain.

Puis, soudain, un silence. On entendrait les mouches voler s’il n’y avait le bruit régulier des mandibules. Un instant de grâce qu’il faut saisir vite, les regarder tous à table, les cheveux longs, les cheveux courts, assis sur leurs chaises colorées, ces adultes en devenir, ces êtres que nous avons la charge d’élever, de récalcitrantes pâtes à modeler, des adultes qui sauront trouver leur place… Ce bouquet pétillants de feux follets à canaliser tous les jours, sans répis aucun, avec une énergie dont je ne me serais pas cru capable… Les à moi, les pas à moi, la à nous, tous ceux-là avec chacun une histoire personnelle torturée et que nous avons décidé de réunir en une seule famille, par amour. Par utopisme peut être aussi. Pêché d’orgueil que de croire qu’on peut tous les jours mélanger les douleurs et croître sereinement. Pêché d’orgueil que de penser qu’on peut s’emplir les bras de 4 ado/préados sans mal, sans dégâts, sans cris, sans bagarres, sans larmes.

Près d’un kilo de pain maison, d'un litre et demi de lait chaud, d’un paquet de céréales, d’un litre et demi de jus d’orange, de quelques cuillères à soupe de cacao en poudre plus tard, la nuée s’est envolée. Disparue comme elle était venue. Discrètement, le ventre plein, chacun a déserté la table, laissant le soin «au dernier» de faire la voiture balai. C’est à ce moment-là qu’émerge Fille-presqu’adulte, il est 10h.

- Y a rien à bouffer.
- Si, il y a du pain, des céréales, du lait…
- Y a rien à bouffer, donc.
Eclate un juron tonitruant.
- P*****, LES GARCONS VOUS ETES DES PORCS, C’EST TOUT COLLANT SUR LA TABLE, J’EN AI PLEIN LES COUDES !
- T’avais qu’à te lever plus tôt ! répond une voix téméraire dans le lointain.

Ça y est, la journée commence, les guerres fratricides sont déclarées pour les heures à venir. Rattraper les troupes de pillards d’Hannibal avant qu’ils ne partent s’égayer vers d’autres ravages. Faire pour cela le tour des chambres.

- Venez débarrasser la table du petit déjeuner, vos bols et vos saletés.

Rester sourds aux récriminations

- C’est pas moi qui ai pris des céréales en dernier c’est pas à moi de les ranger
- C’est pas moi qui ai sorti le lait c’est pas à moi de le ranger.
- C’est pas moi qui ai fini le jus d’orange c’est pas à moi de jeter la bouteille.
- Zébulon, p***, t’es un porc, y a du chocolat partout, tu nettoies.
- Je nettoie jusque là, après c’est plus ma place, c’est pas mes cochonneries, je nettoie pas.

Pour l’esprit d’équipe, c'est raté. Superviser le ballet des opérations, l'oeil de lynx et le verbe prompt. Rattraper au vol les mains lancées négligemment vers le voisin, les pieds qui s’égarent devant le pied de l’autre, les coudes qui s’oublient dans les côtes du voisin. Regarder en soupirant la table zébrée de traces d‘éponge aux motifs propres à chacun. Zig zag, cercles, volutes, serpents… Le sol reste jonché de miettes de céréales, de bouts de pain suçottés-machouillés-piétinés, qui feront tout à l’heure le bonheur d’un chat. Et se dire que, ma foi, encore ce matin on ne s’en sort pas trop mal !

- Vous reprenez un peu de café ? Nooon, vous n’allez pas repartir déjà ?! La prochaine fois restez dîner !

Libellés : ,

17 Comments:

Blogger Anitta said...

Excellent ! On se croirait chez moi... à la puissance 5 ! Trop drôle, fd. Je dirais même plus: criant de vérité ! Et quel courage, alors... Faites des enfants, vous verrez du pays... Oh comme nos mères avaient raison !

6/11/06 11:36  
Anonymous Anonyme said...

bouhouhouh jeuuuuu veuuuuuuuuuuuu paaaaaas qu'ils deviennent adoooooooooo
La Troll Family

6/11/06 12:43  
Blogger FD said...

* Anitta, oui, ça a l'air comique comme ça vu de loin mais je me demande si ça n'effraie pas celles/ceux dont les enfants sont encore tendres et mignons et câlinous ?
* La Troll, profite, profite, profite vite tant qu'il est encore temps !

6/11/06 12:57  
Blogger Amandine said...

Hum, et tu vas te recoucher après le petit déj?

6/11/06 13:14  
Anonymous Ln la marmotte said...

Bon, ben, les miens, ils doivent déjà être devenus ados sans que je m'en rende compte... parce que c'est pareil à la maison et pourtant ils n'ont que 7, 5 et 2 ans !!(leur langage est moins soutenu et élaboré, mais pour l'ambiance et le capharnaüm, tout y est !)

6/11/06 20:42  
Anonymous rosalie said...

Et puis un jour, un dimanche matin... euh midi, ils arrivent par 2 (le/la petit(e) ami(e) en rab...), la tête à l'envers car ils auront fait la bringue toute la nuit et se plaignant que ça sent déjà le poulet dans la maison. Et puis, après le p'tit déj'... c'est l'occupation de la salle de bains... J'adôrrre le dimanche !

7/11/06 00:04  
Anonymous bérangère said...

ça m'a rappelé le grand, 25 ans et ça me remet dans le bain pour les suivanys, 12 et 9, chez nous aussi ça recompose....tu m'as donné une idée de post mais avant faut que je finisse Eilat et le désert du Néguev....Bien contente de te revoir sorry te relire !

7/11/06 06:16  
Blogger FD said...

* Amandine, j'aimerais bien mais hélas...!
* Merci LN Marmotte d'être sortie de ton terrier par le temps qu'il fait pour prendre le petit dej avec nous. Tes petits bouts sont déjà un peu comme ça ? T'inquiète, ça va s'amplifier avec les années ;-)
* Bienvenue à toi Rosalie (joli jardin, au passage)
* Bérangère, termine ce que tu es en train d'écrire, c'est tellement beau, ça nous dépayse du givre matinal ici.

7/11/06 08:02  
Anonymous kheyliana said...

oh mon dieu, quel courage ... comment tu fais pour subir ça, parce qu'en plus tu bronches pas ...
soufflée par ta patience la khey

7/11/06 08:07  
Anonymous Soeur Anne said...

J'adore la Lave du Piton de la Fournaise...
Il y a de quoi être épuisée le dimanche à 11 h !
Mais quelle chaleur et quel confort, tout cela dégage même si le nettoyage s'impose ensuite...
J'ai la même chose à beaucoup plus petite échelle (6 et 4 ans), mais à te lire, cela ne suarit que s'aggraver !!

7/11/06 09:24  
Blogger bricol-girl said...

Ambiance Rock n' roll chez Fd, ou tu nous épuises ou tu nous bouleverses, tu n'aurais pas de l'anodin dans tes tiroirs?
Mais continues sutout.
Bonne journée.

7/11/06 10:06  
Anonymous titeknacky said...

ben y a de l'ambiance chez vous le matin mais ca ne me dérange pas(c'est tellement plus rigolo chez les autres !), je peux venir quand ?

7/11/06 11:57  
Blogger FD said...

* Keyliana, bienvenue. J'espère que l'ambiance ne t'effraie pas. L'histoire ne le précise pas mais... si, il m'arrive de disjoncter parfois !

* Soeur Anne, chaleur et réconford ?! où ça ? j'y penserai la prochaine fois, je chercherai bien !

* Bricol'Girl... mais c'est ça mon anodin... si si, je t'assure !

*Titeknacky, si vraiment tu veux voir de l'ambiance,de la vraie de la bonne (là c'est rien ! ) passe donc diner un lundi soir sur deux, lorsqu'ils ont passé le WE "en face", "chez les autres" et qu'ils sont fous de joie de se retrouver tous ensemble ! In-con-trol-lables. Vraiment !

7/11/06 13:25  
Anonymous Anonyme said...

bouhouhou j'ai bien réfléchi et je veux toujours pas qu'ils deviennent adooooooooooooos
La Troll Family

7/11/06 19:41  
Anonymous Phoebe said...

Rhoo ben, vu l'ambiance entre frangins à la maison avec des matins comme ceux que tu décris (mais à deux et demi ça passe plus facilement qu'avec une tribu plus nombreuse...), ça craint du boudin pour dans quelques années alors... tant pis :) !
Contente de te relire :))))

7/11/06 22:31  
Blogger FD said...

* La Troll, là t'as plus le choix, c'est fait c'est fait ! c'est ça le GRAND MENSONGE de l'humanité : on ne dit jamais vraiment ce qu'on devra supporter en tant que parent (sinon, l'homme ne se reproduirait plus !) Allez, c'est des blagues tout ça : les nains c'est QUE DU BONHEUR, si si !

* Phoebe, je pense toujours à toi (une certaine pile est là bien en évidence pour me le rappeler !) mais ...time flies ! Non, t'affole pa pour dans qqs années, si on prend de la distance, c'est quand même beau tout ça, cet apprentissage de la vie en groupe. Et pis quoi, c'est que du bruit et un peu de saletés..!

8/11/06 07:39  
Anonymous co de contes said...

tiens tu vis chez moi?
drole et caustique à souhait!
mais pas envie de changer ma tablée pour rien au monde!
et en plus se rajoute Petite amie...
et le même sketche pour le "débarrassage"!
courage tu n'es pas seule!

8/11/06 09:04  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home